Retour au site

Live Report Photo: Festival “Soirs d’Eté” avec Oui FM, Jour 2

Live | 10 July 2013 | posté par Rod

Après un premier compte-rendu qui a fait débat sur des questions plus ou moins légitimes, le blogueur Rod continue de vous raconter le festival "Soirs d'Ete" organisé cette semaine par OUI FM et la Mairie du 3ème arrondissement et dont nous sommes partenaires...


>> Retrouvez la galerie photo complète ICI >>

Photo: Rod Maurice


Un groupe pour les gouverner tous. Biffy Clyro a tout bousillé. La République en a pété les plombs. Au sens littéral (coupure de courant, les habitants ont apprécié). Il faut dire que ce n'est pas tous les jours que l'on voit gratuitement l'un des meilleurs groupes de rock de tous les univers confondus , sur désormais l'une des plus belles places de la Capitale. Mais avant cela ...

 

THE POPOPOPOPS

Photo: Rod Maurice


They come from Brittany you know. Pour être plus précis, de Rennes. Une scène actuellement foisonnante (on pense bien evidemment à Juveniles, mais aussi aux excellents Olympia Fields croisés sur la tournée Ricard S.A Live Session) et qui, comme beaucoup de groupes actuellement, ont clairement écouté du Foals, du Local Natives, et autres joyeuses perles jadis indés pour se les approprier. Le groupe en 2e jour de festival ne cache pas sa joie, c'est sûrement la première fois qu'il joue devant une audience aussi immense (moindre que le jour précédent : il faut dire qu'aucun combo jouant ce soir n'a vu sa tête dans un tabloïd ... oh ouais, je suis mauvaise langue, OK), mais tout de même. L'euphorie est si communicative de part et d'autre de la scène que les Bretons, particulièrement à l'aise, ont réussi à faire asseoir tout le monde (sauf bien évidemment les crétins qui veulent filmer l’évènement au smartphone, mais on est désormais habitués) sur le bridge d'un de leur titre ... avant que tout le monde ne se remette à sauter et hurler ! The Popopopops, finalement le véritable premier groupe depuis le début des Soirs d’Été à être totalement inconnus au bataillon, ont carrément réussi à imposer leur style et leur énergie. Belle surprise.

 

DEPORTIVO

Deportivo - festival soirs d'été by Ricard S.A Live Music - Photo: Rod MauricePhoto: Rod Maurice


Tu vois hier, on m'a pris la tête pour Doherty, et là on pourrait me prendre la tête pour le concert de Deportivo. Parce que j'ai en mémoire un nombre de trucs dingues cools (du côté du groupe) et pas cools (du côté de la sécurité) à raconter, mais aujourd'hui, du coup, on me prendrait aussi la tête :) et que si tu ne l'as pas encore compris, la musique, les concerts, les festivals, c'est pour de faux, c'est pour rire. C'est de l'acting. Rien de plus. Mais certains aiment à croire qu'il faut prendre ça au sérieux. Du coup, changement de stratégie éditoriale à 2 euros, pour se focaliser  uniquement sur le live : puissant, cinglant, n'importe nawak, drôle, très drôle, furieux, énervé. Record absolus de slams au mètre carré, beaucoup de fous dans le public, 2 titres zappés de la setlist à cause du timing, une guitare qui a volé et qui a littéralement été dévorée telle une horde issue de Walking Dead. De petites roses d'amour tout plein, y compris aux responsables de la sécurité qui ont psalmodié le comportement de Jérôme, le chanteur. Du vrai rock quoi, ou le chaos trouve finalement un cheminement logique. Perso j'ai adoré, beaucoup ont hurlé au blasphème. A toi de choisir ton camp. Évite SEGA, car c'est toujours plus fort que toi (oui, hors propos)

 

BIFFY CLYRO

Photo: Rod Maurice


 

Mon boss de la team Ricard S.A Live Music qui me commandite de faire des photos m'a souvent répété au cours des années que selon lui, Biffy Clyro était l'un des meilleurs groupes de rock au monde, si ce n'est le meilleur. Comme pour beaucoup de monde, Biffy Clyro n'est pas forcément le nom que l'on connait le mieux, la France lui ayant préféré Muse, par exemple. Il faut savoir qu'en Angleterre, le groupe remplit des stades genre Wembley. On a donc à faire à du lourd, très lourd.

Et tu comprends tout de suite de quoi il en retourne dès l'arrivée sur scène des musiciens : baraqués, giga tatoués, ultra sexy, très corporels ... et puis surtout, SURTOUT : CE SON. Si tu connais le faux doc grandiose répondant au doux patronyme de "Spinal Tap", tu te rappelleras sans doute ce mémorable passage - parmi tant d'autres - où l'on te présente un ampli qui te permet d'aller au volume 11 sur 10. Parce que c'est comme 10, mais en plus fort, you know. Bah là, clairement, Biffy Clyro c'est ce fameux volume 11. Et malgré cette pluie apocalyptique de décibels, l'on est surpris par la précision sonore, le mix merveilleux entre les instrus et les voix. En gros ce groupe possède LE SON. LE SON pour les gouverner tous. Un son que l'on pouvait entendre jusqu'au croisement de l'avenue de la République et l'avenue Parmentier (crois-moi, de la Place de la République, ça fait un bout de chemin). Un son si fort, si puissant, si incroyable qu'il en a fait péter les plombs à République. I mean, tu vois, y avait plus de courant du tout. Plus rien. Genre Le Mordor en direct.

Tu vois, Biffy Clyro c'est tellement dingue musicalement (je n'en ai pas parlé car je ne connais absolument point la disco, mais je peux te garantir que techniquement ça va très loin, que les riffs sont aussi tranchants que la tronçonneuse de Texas Chainsaw, et que l'évolution rythmique à l'intérieur d'un titre est totalement bandante à souhait), que l'on pourrait presque dire que le rock se divise en 2 catégories : Biffy Clyro, et les autres. Je ne sais pas forcément si le public a capté la chance de voir ces brutes de scène gratos, mais une chose est sûre : Au lendemain du concert, je ne m'en remets toujours pas.

Bref, tout ça pour dire que cette 2e journée a été tout simplement parfaite. 3 groupes avec 3 identités fortes, un public franchement au taquet du début jusqu'à la fin. What Else.

>> Retrouvez la galerie photo complète ICI >>

Biffy Clyrocompte-rendudeportivohibooLivelive reportofficielphotospopopopopsricardrodsoirs d'ete